Actualités de la collectivité
Allocution du Président Daniel Gibbs - CONSEIL TERRITORIAL DU MERCREDI 27 OCTOBRE 2021
2021-10-27
Allocution du Président Daniel Gibbs - CONSEIL TERRITORIAL DU MERCREDI 27 OCTOBRE 2021
Allocution du Président Daniel Gibbs

Mesdames et Messieurs les vice-présidents,
Mesdames et messieurs les conseillers territoriaux,
Mes chers Collègues,
Monsieur le Président du CESC,
Mesdames et messieurs de la presse,
Cher public sur les réseaux sociaux
Mes chers Collègues, Bonjour!

Nous voici réunis pour ce nouveau conseil territorial,
le septième de l’année 2021…

Et à nouveau rassemblés en notre Salle du Conseil,
dans un contexte moins tumultueux que le 15 juillet dernier…


Avant d’aborder l’ordre du jour,
je souhaiterais évoquer l’actualité sociale,
étroitement liée aux mesures sanitaires imposées par le Gouvernement.

Il faut le dire et le redire,
la santé publique demeure une compétence relevant strictement de la sphère étatique,
et les décisions sont prises au niveau national,
voire « régional », par l’ARS de Guadeloupe.

Pour autant,
Et contrairement à ce que certains commentateurs diffusent ici ou là,
la Collectivité et son Président ne restent pas spectateurs!

Nous ne nous contentons pas d’être consultés et informés,
Pour peu que les responsables daignent d’ailleurs nous associer….

Car à Saint-Martin, il y a également des élus, force de propositions.
Et ce fut le cas en Septembre 2020
et en Février 2021,
lorsque le Conseil exécutif formula,
à l’unanimité,
deux vœux au Gouvernement,
demandant notamment un renforcement des moyens budgétaires et humains de notre Hôpital,
ainsi qu’une meilleure coordination sanitaire avec la partie néerlandaise de l’île,
à travers la tenue d’un Q4.

Compte tenu du malaise social actuel,
j’ai écrit,
il y a trois jours,
au Ministre de la Santé,
en ma qualité de Président du Conseil Territorial de Saint-Martin
et de Président de Conseil de surveillance du Centre Hospitalier.

Et ici,
devant vous,
je viens vous confirmer mes convictions et ma position,
déjà évoquées lors de mes récents entretiens avec les organisations syndicales représentatives.

Actuellement, n’en déplaise aux alarmistes et aux «enfermistes»,
l’épidémie de COVID-19 s’inscrit,
localement,
sur une phase descendante,
avec un taux d’incidence hebdomadaire s’établissant autour de 80 cas / 100 000 habitants.

Pour autant,
il convient de bien prendre en compte la faible population de notre territoire de 35 000 habitants :
En effet, le fameux seuil d’alerte de 50 cas hebdomadaires COVID pour 100 000 habitants,
est ainsi dépassé à partir de seulement 18 nouveaux cas par semaine à Saint-Martin,
ce qui est certes toujours trop,
mais aussi,
finalement,
bien peu,
vous en conviendrez...

Nous disposons,
en outre,
d’un outil précieux d’anticipation,
puisque notre Établissement des Eaux, l’EEASM,
membre du réseau OBEPINE,
s’est doté d’outils de détection précoce des traces du virus dans les eaux usées.
Ce dispositif nous apporte, localement,
visibilité et crédibilité:

il a vocation à être maintenu,
au moins jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire…

Je rappellerai par ailleurs que,
depuis Mars 2020,
nous déplorons à Saint-Martin, 55 morts du COVID.
Soit 0,15 % de la population saint-martinoise,
à comparer à la moyenne nationale de 0,18 %.

Durant les Grandes vacances, la « 4ème vague » (bien qu’à Saint-Martin il s’agirait plutôt d’une 3e vague)
a été violente,
mais in fine bien moins meurtrière qu’en Guadeloupe et en Martinique…
même si le bilan a été alourdi notamment par notre situation de «double insularité»,
limitant le recours aux EVASAN,
et par les comorbidités structurelles subies par les Saint-Martinois (diabète, obésité, hypertension)..

En revanche, le Territoire a été relativement épargné par deux facteurs:
Le premier est notre pyramide des âges :
Les plus de 80 ans
(qui, on ne le redit jamais assez, représentent 60 % des décès du COVID)
ne rassemblent que 1,2 % de la population locale.
C’est quatre à cinq fois moins qu’en Guadeloupe et en France hexagonale.

- L’autre facteur est Notre taux de vaccination,
et ce contrairement aux clichés et aux idées reçues des partisans du Saint-Martin bashing.

Si l’on considère la population globale, toutes tranches d’âges confondues donc,
seuls 36,4 % des Saint-Martinois ont certes reçu au moins une injection au 24 octobre.
Mais il est important de surtout considérer que ce taux est tiré vers le bas au regard d’une proportion de personnes non éligibles bien plus importante qu’ailleurs.
A Saint-Martin,
18 % de la population a entre 0 et 11 ans.

Or, le taux de couverture vaccinale s’avère bien plus favorable lorsque l’on prend en compte les âges « vulnérables »,
là où la vaccination est la plus efficace :
ainsi, s’agissant des 75-79 ans,
le taux, de 87,2 % pour une injection,
se rapproche du niveau national (97 %) :
Et,
fait peu connu,
c’est le meilleur taux outre-mer sur cette tranche d’âge.

Pour les 70-74 ans, il atteint un taux assez honorable de 73,7 %.

Dès lors,
aujourd’hui plus que jamais,
les mesures sanitaires édictées par l’Etat ont vocation à résolument prendre en compte les spécificités démographiques,
économiques et sociales du Territoire.

A l’heure où,
à l’instar des Antilles et de la Guyane,
la situation sociale est, localement,
de plus en plus tendue,
je souhaite donc vous faire part de mes préoccupations,
de mes attentes et de mes propositions au Ministre,
s’agissant des sujets concernant la santé des Saint-Martinois en général et la situation du Centre Hospitalier Louis-Constant Fleming en particulier.
Avec, toujours un désir permanent qui m’anime:
la recherche de l’intérêt général et la défense des intérêts saint-martinois.

- S’agissant des moyens de l’hôpital, en premier lieu.
J’ai encore défendu,
de concert avec la Directrice du Centre,
le projet de renforcement des moyens du CH devant le Cabinet du ministre Olivier VERAN,
à Paris, le 27 Septembre dernier.

Les sommes nécessaires,
notamment à la mise en place d’un service de réanimation pérenne permettant d’éviter les EVASAN,
sont modestes à l’échelle nationale,
avec 17,75 Millions d’€.

Nous attendons donc beaucoup des crédits du SEGUR de la Santé…
De ces 98 Millions d’€ de dépenses d’investissement « projets »
et de ces 10 Millions € d’investissements « courants» prévues pour l’ARS Guadeloupe,
qui inclut les « Iles du Nord ».

Lesquelles ne sauraient constituer,
comme c’est hélas souvent le cas,
une variable d’ajustement.

Je continuerai donc à défendre l’augmentation des moyens du Centre hospitalier dans les semaines et mois à venir.

Y compris,
et je tiens à le souligner aussi devant vous,
en ce qui concerne le fonctionnement quotidien des Services de l’hôpital.

- Concernant la gratuité des tests, en deuxième lieu.
Il a été décidé,
suite à la demande de l’autorité territoriale et du Préfet GOUTEYRON,
de la prolonger au-delà du 15 octobre :
la date limite est désormais le 15 novembre 2021,
correspondant,
en principe,
à la fin de l’état d’urgence sanitaire sur notre Territoire.
Je ne peux que me féliciter de cette décision de bon sens.

Pour autant,
le prolongement de cette mesure au-delà de cette échéance m’apparaît indispensable,
d’autant plus que le niveau de vie de la population saint-martinoise, on l’oublie souvent à Paris et en Guadeloupe,
est deux fois inférieur à la moyenne nationale.

En outre, rendre les tests payants engendrerait une hausse importante du taux de positivité (2 % actuellement) :
celle-ci justifierait alors,
selon l’ARS,
de nouvelles mesures restrictives,
lesquelles contribueraient à anéantir notre économie,
essentiellement basée sur le tourisme
et d’ores et déjà très affaiblie depuis 18 mois.

Je rappelle souvent que le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans a augmenté de 27 %,
entre le 2ème Trimestre 2020 et le 2ème Trimestre 2021.

Le risque d’explosion sociale est donc réel,
on le voit bien,
jour après jour.

- Concernant le « passe sanitaire », en troisième lieu.
Il a été mis en place ce 22 Octobre,
jour de son instauration sur la partie néerlandaise de l’île qui,
elle,
a pris le parti d’une mise en œuvre sur la base du volontariat….

À Saint-martin,
le passe ne concernera que les restaurants accueillant plus de 30 personnes :
Même si l’on aurait pu préférer l’exclusion des terrasses comme en Italie,
c’est,
me semble-t’il,
un compromis acceptable.

Un compromis entre les exigences sanitaires demandées expressément par nos socio-professionnels,
notamment à destination de notre clientèle touristique nord-américaine,
et la nécessité,
pour les Saint-Martinois,
de continuer à avoir une « vie normale ».

Je serai néanmoins très vigilant,
compte tenu du contexte social,
sur la nécessité d’une application pragmatique,
progressive et pédagogique
de cette mesure.

Et je demeure,
évidemment,
partisan de sa levée la plus rapide possible
-et ce, sans attendre le 31 Juillet 2022.

En effet, je tiens à rappeler solennellement que les Saint-Martinois sont épris de liberté:
nous ne saurions imaginer vivre sous état d’exception permanent
et dans une société de contrôle généralisé.

En effet,
je ne veux pas d’une société du contrôle sanitaire de tous par tous, étouffant nos libertés publiques.

Des libertés,
tardivement et chèrement acquises outre-mer,
l’Histoire nous l’a montré.

Une société du «sans contact»,
morne, triste et apeurée.

Une société où personne ne doit plus embrasser personne,
mais où tout le monde peut dénoncer tout le monde!...

J’espère donc,
qu’à l’issue de la discussion parlementaire et de l’examen de l’actuel projet de loi par le Conseil Constitutionnel,
la raison et le bon sens l’emporteront.

- S’agissant de l’obligation vaccinale pour les soignants, en dernier lieu.
Il s’agit,
vous l’aurez compris,
d’un point de blocage important et croissant,
qui menace là encore la cohésion du Territoire
et le fonctionnement régulier de notre Centre Hospitalier.

Et ce, dans un contexte,
hélas structurel,
de difficultés de fonctionnement et de pénuries de personnel.

La suspension de dizaines de soignants tend ainsi,
dans le contexte de « double insularité » que nous subissons,
à occasionner de préjudiciables carences et ruptures
en termes d’offre de soins à la population.
Y compris,
on tend à l’oublier,
pour les soins des personnes âgées à domicile.

Ainsi, faute de personnel,
les risques de « pertes de chance » pour les patients saint-martinois augmenteraient significativement.

Cela n’est ni tenable,
ni supportable.

Pourtant,
vous le savez, je suis et je reste en faveur la vaccination.
Elle a montré son efficacité,
notamment en réduisant les formes graves du COVID chez nos aînés.
Car la vaccination doit rester un choix et un droit.

Et j’ai personnellement tenu à donner l’exemple,
en Mai dernier,
avec mes équipes.

Nous devons continuer à progresser,
en particulier pour les 65-69 ans et les plus de 80 ans –
où le taux atteint aujourd’hui 58,3 %
et où il reste moins de 200 personnes à vacciner.

En un mot, convaincre et non contraindre.
«Aller vers », et pas « aller contre »…

Car je ne veux pas que l’on divise,
que l’on discrimine
voire que l’on opprime les Saint-Martinoises et les Saint-Martinois.

En effet, lorsque l’on infantilise,
voire lorsque l’on stigmatise,
une partie de la population,
la Loi n’est plus l’expression de la volonté générale,
mais un banal outil de répression politique.

Cela nous rappelle,
à nous populations d’Outre-mer,
de bien mauvais souvenirs.
Je ne saurais l’accepter.

Là encore, sur ce sujet sensible comme sur d’autres,
le bon sens doit prévaloir.
Comme en Martinique il y a quelques jours.

D’ailleurs,
le ministre de la Santé et des Solidarités vient d’annoncer hier qu’une médiation serait mise en place dans cette Collectivité.
Je plaide, dès lors,
pour des assouplissements pragmatiques aussi à Saint-Martin, assortis d’initiatives susceptibles de rétablir le dialogue
auquel je suis plus que jamais attaché.

Par exemple:
(i) La transformation de l’obligation vaccinale en « garantie sanitaire » (avec des tests antigéniques ou salivaires présentés tous les trois jours, a fortiori pour les personnels n’étant pas au contact du public), et
(ii) L’élargissement de l’offre vaccinale afin de ne pas la limiter aux injections à ARN-messager.

Voilà, Me semble-il,
des avancées réalistes,
pertinentes et nécessaires!

Corrélativement,
de telles mesures,
que je souhaite sincèrement,
rendraient impérative et immédiate la levée de tout type d’obstruction.
La liberté d’aller et venir,
et notamment celle d’accéder aux soins,
doit être totale dans un Etat de droit comme le nôtre.

Car chacun doit donc faire un effort,
un pas vers l’autre:
c’est cela aussi, le bon sens.

Et il ne peut y avoir de «vivre ensemble»
sans savoir-vivre…

Je souhaite donc la mise en œuvre,
concertée,
d’un « Plan de désescalade ».

Et je m’entretiendrai de ce sujet avec mes homologues présidents des Antilles et de la Guyane dans moins de trois semaines,
à l’occasion de la 26 ème Conférence des Présidents des Régions Ultra-Périphériques.

Sans transition,
nous allons à présent passer à l’examen des questions inscrites à l’ordre du jour.

Le Conseil Territorial abordera surtout un sujet qui nous tient toutes et tous à cœur :
le Plan de Prévention des Risques Naturels, le PPRN.
Le Préfet Serge Gouteyron nous rejoindra dans quelques minutes,
Lorsque nous aborderons ce point de notre Conseil,
Sujet que nous avons en partie étudié lundi soir,
à l’occasion de la Commission Générale qui y était consacrée.

La révision du PPRN de Saint-Martin a engendré beaucoup d’interrogations et de malentendus au cours de ces dernières années.
Beaucoup d’inquiétudes et de souffrance, aussi,
car cette question très technique est aussi très « symbolique »,
car elle concerne et impacte l’identité saint-martinoise.
Notre identité.

La mission Lacroix-Desbouis,
décidée à l’issue des émeutes de Décembre 2019,
a permis d’engager le dialogue,
dans l’écoute et la sérénité qui nous manquaient tant…
pour ne plus commettre les mêmes erreurs,
ne plus perdre de temps à cause de certaines postures,
de certains calculs personnels…

Ce rapport,
objectif,
nous a permis de nous retrouver et d’avancer dans une dynamique constructive.
On ne peut que s’en féliciter.

Alors, et je reviens naturellement sur le sujet sanitaire évoqué il y a quelques instants,
pourquoi ne pas s’inspirer de méthodes qui font leurs preuves?
J’ai ainsi proposé au ministre des solidarités et de la santé,
le déplacement in situ,
dans les quatre collectivités françaises de la Caraïbe (et pas seulement en Martinique),
d’une mission de l’IGAS,
l’Inspection générale des affaires sociales.

Avec,
à la clé,
un rapport objectif, pragmatique et opérationnel,
pour trouver une issue favorable à cette crise qui nous divise et nous affecte.

Il reste,
de la part des autorités parisiennes,
à faire preuve d’ouverture, de dialogue et de volonté politique.

Car, comme on le dit souvent,
«Where there is a will, there is a way»!!


Je vous remercie pour votre attention.


Installation de la GPECT – des Ateliers pour construire le projet collectivement
Installation de la GPECT – des Ateliers pour construire le projet collectivement - 2021-09-28
La Collectivité de Saint-Martin poursuit les travaux d’installation de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriales (GPECT) sur le territoire de Saint-Martin. Après le diagnostic réalisé au premier semestre 2021 et présenté aux élus et socio-professionnels le 14 juin dernier, des ateliers thématiques ont été organisés du 20 au 22 septembre dernier, afin d’entamer la construction conjointe du plan d’actions. Désormais,...
  Lire la suite
Conseil territorial du 15 juillet 2021
Conseil territorial du 15 juillet 2021 - 2021-07-15
Le Conseil territorial de la Collectivité de Saint-Martin s’est tenu ce jeudi 15 juillet 2021. En raison du blocage de l’hôtel de la Collectivité, un déport de séance dans un autre lieu a été prononcé et acté par un arrêté territorial, permettant ainsi de maintenir la réunion du conseil et l’exercice de la démocratie. Le mode d’une séance à huis clos a ensuite été voté à l’unanimité des élus et...
  Lire la suite
Conseil Territorial du 20 mai 2021
Conseil Territorial du 20 mai 2021 - 2021-05-20
Ci-joints les éléments du dossier de presse du CT du 20 mai 2021: Déclaration générale du Président Gibbs Dossier technique 20 mai 21 Résumé des délibérations...
  Lire la suite
Signature de la Convention CARE
Signature de la Convention CARE - 2021-05-06
Faisant suite à la signature de la Convention CARE, ce jeudi 6 mai, veuillez trouver ci-joint: L’introduction du Président Gibbs La fiche action CARE – note à la...
  Lire la suite
Le Conseil territorial du 12 avril 2021
Le Conseil territorial du 12 avril 2021 - 2021-04-12
Veuillez trouver en annexe les documents du CT du 12 avril 2021. - Le discours introductif du président - La présentation de l’aménagement du Front de mer (avec photos à extraire et publier avec l’article) - Les interventions du Président lors des deux points à l’ordre du jour - Dossier...
  Lire la suite
Séance plénière du conseil territorial du 31 mars 2021
Séance plénière du conseil territorial du 31 mars 2021 - 2021-03-31
Dans le cadre de la séance plénière du conseil territorial sur les orientations budgétaires 2021, tenue ce mercredi 31 mars 2021, veuillez trouver ci-joint le dossier de presse comportant les éléments suivants: Déclaration Générale du Président Daniel Gibbs Introduction du président Gibbs sur le DOB 2021 Doc PPT sur les grandes équilibres budgétaires de 2021 (présentation madame Ramphort) Une photo de...
  Lire la suite
Discours du Président Daniel Gibbs - Conseil territorial du 11 février 2021
Discours du Président Daniel Gibbs - Conseil territorial du 11 février 2021 - 2021-02-11
Veuillez trouver ci-joint le discours prononcé par le Président Daniel Gibbs, en ouverture de séance du Conseil territorial, ce jeudi 11 février 2021. Joint également, le dossier du...
  Lire la suite
Voeux du Président Gibbs
Voeux du Président Gibbs - 2021-01-01
Saint-Martinoises, Saint-Martinois, Chers amis, L’année 2020 s’achève et avec elle bien des turpitudes. Je tiens à vous remercier car vous avez affronté ces difficultés avec courage et abnégation. Je suis fier de vous et je sais que tous ensemble, nous allons continuer à donner le meilleur pour notre île et construire un Saint-Martin harmonieux, plus respectueux de l’environnement, ouvert sur le monde, où tout un chacun trouve la place qu’il...
  Lire la suite