Actualités de la collectivité
Le Conseil exécutif demande au gouvernement de lever les motifs impérieux de voyage pour Saint-Martin
2021-02-26
Le Conseil exécutif demande au gouvernement de lever les motifs impérieux de voyage pour Saint-Martin
Les nouvelles mesures sanitaires, imposées sans concertation au niveau national à partir du 2 Février 2021, ont mis un coup d’arrêt brutal aux visites d’agrément et d’affaires sur notre territoire. Réuni en séance plénière mercredi 24 février dernier, le Conseil exécutif a émis un vœu à l’unanimité des 6 conseillers présents, demandant au gouvernement de reconsidérer la situation de Saint-Martin et de lever les restrictions de voyage.

Comme l’a rappelé le Président Daniel Gibbs en séance, le Territoire présente une moindre vulnérabilité au SARS-Cov-2. En effet, la structure démographique saint-martinoise n’est pas la même que dans l’hexagone: les plus de 75 ans ne rassemblent que 2,2 % de la population locale: c’est quatre fois moins qu’en Guadeloupe (9,1 %) et en France hexagonale (9,5 %).

De plus, depuis la réouverture de la frontière entre les deux parties de l’île (16 Septembre 2020), le taux d’incidence, à Saint-Martin, est globalement inférieur à celui de la France métropolitaine. Parallèlement, depuis près de trois mois, le taux de positivité affiché y reste systématiquement inférieur au seuil d’alerte de 10 % (4,7 % durant la semaine du 15 Février 2021; moyenne nationale: 6,5 %).

Par ailleurs, Saint-Martin se caractérise par une indéniable situation de «double insularité», nécessitant le maintien structurel de liaisons aériennes avec la Guadeloupe et, au-delà, avec la France hexagonale, les déplacements professionnels ayant vocation à être fréquents.

Pour toutes ces raisons, les élus du Conseil exécutif estiment qu’il est indispensable de tenir compte de l’importante et structurelle dépendance de l’économie saint-martinoise au secteur du Tourisme, a fortiori dans un contexte de crise économique et sociale sans précédent.

Le Conseil exécutif demande au gouvernement:

1 - Un renforcement significatif et durable des moyens matériels et humains du Centre Hospitalier de Saint-Martin, dans l’hypothèse où le « variant britannique » du COVID-19 s’avérerait véritablement plus contagieux -et surtout plus létal;

2- Une amélioration des outils statistiques publics en matière sanitaire, ainsi qu’un renforcement de la capacité locale de tests, y compris en termes de détection des « variants » du virus ;

3- Qu’il soit enfin donné une suite favorable à la proposition du Président Gibbs au ministre des Outre-mer (datée du 17 Août 2020), d’une réunion quadripartite (dite « en mode Q4 ») en présentiel et portant sur les enjeux de coopération sanitaire entre les deux parties de l’île ;

4- Une perspective d’ouverture totale du Territoire aux visites d’agrément et d’affaires dès le mois de Mars 2021.

Le Conseil exécutif estime que tout doit être fait pour lever les mesures de restrictions de déplacement par voie terrestre, maritime et aérienne, et en particulier celles affectant les déplacements aériens entre Saint-Martin, les Antilles et la France hexagonale.Cet objectif de levée, programmée, des restrictions doit être assorti de mesures d’assouplissement décidées localement, et évaluées à un rythme hebdomadaire.

Pour le Président Gibbs, «il est vital, pour l’économie du Territoire et son équilibre social, que l’exigence de « motifs impérieux » pour se déplacer, imposée brutalement le 2 Février dernier, soit supprimée le plus vite possible.».

5- Le Conseil exécutif demande enfin une accélération ambitieuse de la campagne vaccinale actuellement en cours, afin d’obtenir une immunité collective susceptible de permettre l’ouverture encore plus rapide du Territoire au tourisme régional, national et international (en particulier en provenance des Etats d’Amérique du Nord). Aujourd’hui, seulement 1,3 % de la population saint-martinoise est vaccinée, soit trois fois moins que la moyenne nationale.

Le vœu du Conseil exécutif a été transmis au ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu.