Services, démarches, aides et infos pratiques
Risques majeurs
Cellule de Gestion des risques majeurs





L’expérience l’a montré, notre région est exposée aux risques majeurs. En prévision de ces risques naturels et technologiques, il est indispensable de s’organiser si l'on eut limiter les dégâts et faciliter le retour à la normal.

La loi du 13/08/2004 de modernisation de la sécurité civile pose comme principe, dans son article 1, que « La sécurité civile a pour objet la prévention des risques de toute nature, l'information et l'alerte des populations ainsi que la protection des personnes, des biens et de l'environnement par la préparation et la mise en œuvre de mesures et de moyens appropriés »

Très consciente de cette nécessité, la Collectivité a mis en place une cellule de gestion des risques, représentée aujourd'hui par Mme PETRUS-FERGA Annick, Elue en charge et Mme Charlotte TERRAC, Chargée de mission, afin de faire évoluer le Plan Territorial de Sauvegarde (PTS) et permettre de formaliser une organisation de crise adaptée. Pour cette tâche, ce service a pour objectif de regrouper, prévoir et harmoniser l’ensemble des documents de compétence de la Collectivité et tous les moyens humains et matériels contribuant à l’information préventive, l’alerte, la sauvegarde, la protection et le soutien de la population.


Cellule de Gestion des risques
Annexe de la Collectivité (ancien hôpital)
N°6 rue du Fort Louis - 97 150 Saint-Martin
05 90 52 27 30
charlotte.terrac@com-saint-martin.fr

L'information territoriale sur les risques majeurs


La gestion d’une situation de crise dépend autant de la préparation de la collectivité que de la réaction des habitants.

Le DITRIM présente :
- les caractéristiques des risques naturels et technologiques connus sur le territoire ainsi que les éléments d’informations concernant la mémoire des évènements passés ;
- la liste des arrêtés portant constatation de l’état de catastrophe naturelle ;
- les cartes informatives du Plan de Prévention des Risques Naturels approuvé par arrêté préfectoral n°2011/009 le 10 février 2011 ;
- les modalités d’alerte et d’organisation de la sauvegarde et des secours.

Le fascicule reprend, pour chaque risque, les mesures préventives à prendre pour réduire sa vulnérabilité et les bons comportements ou réactions à avoir en cas de danger ou d'alerte.


La responsabilité de l’élaboration du PPRN incombe au préfet.
Le PPRN de la Collectivité de Saint Martin a été approuvé par arrêté préfectoral n°2011/009 le 10 février 2011.
Le PPRN vaut servitude d'utilité publique.
L’existence de risques naturels peut justifier d’interdire ou de soumettre à conditions les constructions.

Le PPRN de Saint-Martin consultable sur le site de la Préfecture ou via le lien suivant :
http://www.saint-barth-saint-martin.pref.gouv.fr/


Au terme des articles L. 125-5 et R 125-23 à 27 du Code de l’environnement, les acquéreurs ou locataires de bien immobilier, de toute nature, doivent être informés par le vendeur ou le bailleur, qu’il s’agisse ou non d’un professionnel de l’immobilier, de l’existence des risques auxquels ce bien est exposé.
L’état des risques est obligatoire lors de toute transaction immobilière en annexe de tout type de contrat de location écrit, de réservation d’un bien en l’état futur d’achèvement, de la promesse de vente ou de l'acte réalisant ou constatant la vente d'un bien immobilier bâti ou non bâti.

Les risques naturels


C'est aux Antilles que l’aléa sismique est le plus élevé, étant situées au niveau de la zone de subduction des plaques nord-américaine et sud-américaine sous la plaque caraïbe.
La magnitude mesure l’énergie libérée par un séisme et permet d'évaluer sa puissance. La puissance d'un séisme est aussi caractérisée par la longueur de la faille qui entre en jeu. Plus un séisme libère de l'énergie et plus la faille cède sur une longue distance, plus la magnitude sera élevée.
L’intensité mesure les effets et dommages du séisme en un lieu donné : effets observés ou ressentis par l'homme.
Un séisme de très forte magnitude peut avoir une intensité zéro lorsqu'il a lieu très loin de toute habitation.
Le séisme lui-même ne tue pas, c’est l’effondrement des bâtiments, mal conçus ou mal construits, qui peut s’accompagner de victimes. La meilleure prévention contre ce risque est donc de construire parasismique.

  Fascicule des mesures de prévention et de secours



Chaque année, avant le début de la saison cyclonique, la Collectivité et la Préfecture organisent des réunions de préparation avec tous les services et acteurs concernés, afin de rappeler à chacun les différentes phases de l’alerte et permettre de faire l’inventaire des moyens mis en œuvre en cas d’évènement majeur.
Informée et sensibilisée par les médias, la population applique les consignes de préparation et de protection en cas de menace ou de confirmation de menace (vérification des réserves matérielles et alimentaires, préparation et protection du domicile, retrait ou arrimage de tout objet pouvant se transformer en projectile).


  CONSIGNES EN CAS DE CYCLONE (Fr-En)
  CONSIGNES POUR VOTRE SEJOUR DANS UN ABRI
  Fascicule des mesures de prévention et de secours
  INSTRUCTIONS FOR YOUR STAY IN A SHELTER
  LISTE DES ABRIS CYCLONIQUES


Une inondation est une submersion, rapide ou lente, d’une zone habituellement hors d’eau. Les inondations ne sont pas inconnues de certains quartiers à Saint-Martin.
Le réseau hydrographique de notre région est essentiellement composé de ravines qui ne coulent que lors de précipitations importantes, lorsque les sols sont saturés en eau. Aussi, l’imperméabilisation des sols (développement urbain) limite l’infiltration des précipitations et accentue le ruissellement. Dans toute zone urbanisée, le danger est d’être emporté, isolé voir noyé. Des mesures collectives (entretien et travaux) et individuelles (adaptation des constructions), prises et recommandées, permettent la réduction considérable des dommages causés par les inondations.

  Fascicule des mesures de prévention et de secours


Effets induits des séismes ou de forte saturation des sols en eau, les mouvements de terrains peuvent se manifester par des glissements, des effondrements ou des chutes de blocs rocheux. La prise en compte de cet aléa dans l’aménagement a pour objectif l’atténuation des dommages en réduisant l’intensité de l’aléa (travaux de protection contre le risque) et ainsi la vulnérabilité des enjeux (humains et matériels) mais dans le cas de mouvement de grande ampleur, des mesures d’évacuation sont à opter pour votre sécurité.

  Fascicule des mesures de prévention et de secours


Les tsunamis sont une série de vagues très longues dont l'origine est le plus souvent l'effet d'un séisme, d'une éruption volcanique ou encore d’un glissement de terrain sous-marins.
Notre région peut connaître 2 types de tsunamis : local, qui peut frapper nos côtes en quelques minutes, et d’origine lointaine ou régionale, qui peut nous toucher entre quelques dizaines de minutes et plusieurs heures, suivant l’éloignement de la source.
Si le sol bouge fortement et longtemps sous vos pieds, si vous constatez une montée ou un retrait subit des eaux ou en cas d’alerte des autorités, un seul mot d’ordre : dirigez- vous rapidement vers les hauteurs !

  Fascicule des mesures de prévention et de secours


Les risques technologiques


Le risque industriel majeur correspond au risque accidentel pouvant survenir sur les sites industriels et pouvant entraîner des conséquences graves pour les personnes, les biens et l’environnement.

On distingue plusieurs types d’effets, immédiats ou différés, consécutifs à un éventuel accident industriel :
les effets thermiques, consécutifs à un incendie ou une explosion,
les effets de surpression, consécutifs à une explosion ou un éclatement,
les effets toxiques consécutifs à une dispersion dans l’air de produit toxique volatil ou à un incendie dégageant des fumées toxiques,
les effets de pollution, généralement consécutifs à l’épandage ou la fuite d’un produit toxique pour l’environnement sur le sol ou dans l’eau.

  Fascicule des mesures de prévention et de secours


Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physico-chimiques (toxicité, réactivité…) et physiologiques peut présenter des risques pour l’homme, les biens et/ou l’environnement.
Ces marchandises peuvent être transportées sous forme liquide (ex : hydrocarbures) ou solide (ex : explosifs). Ces substances ont souvent une concentration et une agressivité supérieures à celles des usages domestiques.

Les principales conséquences engendrées par la survenue d’un accident lors du transport de marchandises dangereuses sont :
- un incendie
- un dégagement de nuage toxique
- une explosion
- une corrosion
- une pollution du sol et / ou des eaux


Les risques engendrés par le transport de matière dangereuse sont difficiles à appréhender précisément car par définition, c’est une activité circulante donc difficile à identifier, à localiser et à quantifier. On considère que ce risque est diffus car il est disséminé sur l’ensemble du territoire.
Le transport de marchandises dangereuses par route est le mode de transport le plus exposé aux accidents. Les causes sont diverses : faute de conduite du conducteur ou d’un tiers, mauvais état du véhicule, mauvais état des routes, météo défavorable…

  Fascicule des mesures de prévention et de secours